Jacques Descotes - Éditorial n°7 Déchets Sciences et Techniques

eid:8243 - Environnement, Ingénierie & Développement, 1 janvier 1997, N°7 - 3ème Trimestre 1997 - https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.954
Éditorial n°7 Déchets Sciences et TechniquesArticle

Auteurs : Jacques Descotes 1

  • 1 Centre antipoison et de toxicovigilance (Lyon)

Notre civilisation qui a vu l'apparition de risques jusqu'ici inconnus (énergie nucléaire, biotechnologies, transport aérien ... ) est souvent décrite comme une civilisation du risque. Elle n'en est pas moins une civilisation de la sécurité, même s'il est surprenant de constater que la demande sociale conduit à un niveau d'exigence très élevé à l'égard des dispositifs techniques ou collectifs, alors que les choix de vie personnelle n'ont pas amélioré la sécurité individuelle, voire l'ont aggravé (tabagisme, conduite automobile, sports extrêmes ... ).Le principe de précaution auquel est consacré un ouvrage récent [Oliver Godard : Le principe de précaution dans la conduite des affaires humaines. Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, Paris, 1997] en est une illustration. Ce principe repose sur l'idée qu'il peut être justifié, voire impératif de limiter, encadrer ou empêcher certaines activités potentiellement dangereuses, sans attendre qu'un lien de causalité soit scientifiquement établi. Il s'agit là d'une notion ambivalente. Fallait-il, par exemple, au nom de ce principe, interdire le développement du chemin de fer au siècle dernier sous prétexte qu'il pouvait avoir des conséquences dangereuses pour la population ? Pour autant faut-il accepter toute innovation technologique simplement parce qu'elle est innovante ?


Volume : N°7 - 3ème Trimestre 1997
Publié le : 1 janvier 1997
Importé le : 29 juillet 2021
Mots-clés : [SDE.IE]Environmental Sciences/Environmental Engineering

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 32 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 23 fois.