Faouzia Charfi Fourati ; Jamel Bouaziz ; Habib Belayouni - Valorisation du phosphogypse de Tunisie en vue de son utilisation comme substituant au gypse naturel dans la fabrication du ciment

eid:8137 - Environnement, Ingénierie & Développement, 1 janvier 2000, N°20 - 4ème trimestre 2000 - https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.1550
Valorisation du phosphogypse de Tunisie en vue de son utilisation comme substituant au gypse naturel dans la fabrication du cimentArticle

Auteurs : Faouzia Charfi Fourati 1; Jamel Bouaziz 1; Habib Belayouni 2

L’utilisation du phosphogypse brut en tant que substituant du gypse naturel dans la fabrication du ciment entraine un retard considérable de la prise du ciment. Dans ce travail nous avons cherché à identifier, parmi les impuretés minérales et organiques dans le phosphogypse brut, les éléments qui, par leur présence, occasionnent les retards de prise. Les essais que nous avons menés ont permis de démontrer que, parmi toutes les impuretés présentes dans le phosphogypse brut, la matière organique, le fluor et surtout le phosphore, sont les principaux éléments dont la présence en quantités significatives occasionne des retards de prise du ciment. Ces éléments, en s’adsorbant sur les particules de ciment, empêchent en effet leur hydratation et induisent donc des retards de prise considérables. Ce résultat signifie qu’il suffit de mettre au point un procédé de traitement qui éliminerait ces trois éléments à partir du phosphogypse brut pour que celui-ci puisse être utilise avec succès comme adjuvant au clinker. Les différents traitements réalisés en vue d'éliminer ces éléments pénalisants a partir du phosphogypse montrent que la flottation, la calcination et le lavage avec une solution d’acide sulfurique, sont des traitements qui améliorent sensiblement la qualité du phosphogypse, par rapport au phosphogypse brut. Dans tous les cas, nous avons obtenu des temps de début et de fin de prise de la pâte de ciment inferieurs a ceux obtenus avec le phosphogypse brut. Les temps juges les plus acceptables sont ceux obtenus avec les phosphogypses ou le traitement a pu abaisser les teneurs des impuretés a des valeurs inferieures a 0,2 % pour le phosphore, inferieures a 0,05 % pour le fluor et inferieures a 0,05 % pour la matière organique. De ce point de vue, le mode de traitement le plus efficace est le lavage par des solutions concentrées (≥ 40 %) en acide sulfurique.


Volume : N°20 - 4ème trimestre 2000
Publié le : 1 janvier 2000
Importé le : 29 juillet 2021
Mots-clés : [SDE.IE]Environmental Sciences/Environmental Engineering

3 Documents citant cet article

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 386 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 742 fois.