Rabiaa Fdil ; El Kbir Lhadi ; Jean Morvan - Etude de la biodénitrification sur support ligno-cellulosique en présence de 4-éthylphénol

eid:8089 - Environnement, Ingénierie & Développement, 1 janvier 2002, N°26 - 2ème Trimestre 2002 - https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.2373
Etude de la biodénitrification sur support ligno-cellulosique en présence de 4-éthylphénolArticle

Auteurs : Rabiaa Fdil 1; El Kbir Lhadi 1; Jean Morvan 2

Les expériences de dénitrification effectuées ont montré que les microorganismes dénitrifiants sont très sensibles à l’action d’inhibiteurs tels que l’accumulation de nitrites ou la présence d’un toxique dans les eaux à dénitrifier. Ces expériences ont consisté à étudier l’effet de concentrations variées de p-éthylphénol sur la dénitrification biologique hétérotrophe, sur substrat cellulosique naturel (la canne de Provence). Les essais sont effectués en flacons ensemencés par un inoculum constitué de bactéries indigènes et contenant un substrat carboné, des nitrates, des phosphates et du bicarbonate de potassium, afin que les conditions de croissance bactérienne ne limitent pas la dénitrification. Des prélèvements sont effectués à différents temps, et les échantillons sont analysés pour un suivi de nitrates et de nitrites, et sont dosés en spectrophotométrie UV à 192,27 nm, lors du troisième essai où le p-éthylphénol est utilisé en tant que substrat organique.En présence du substrat cellulosique, les faibles concentrations en p-éthylphénol (0,3 à 1 mg/L) n’affectent pas de manière significative le processus de dénitrification. Quand la concentration augmente, on constate un effet inhibiteur qui affecte les microorganismes responsables de la réduction des nitrites. Jusqu’à des concentrations de 600 mg/L de p-éthylphénol, la biomasse paraît s’adapter et la dénitrification est menée jusqu’à son terme. Une teneur de 800 mg/L est létale pour les organismes dénitrifiants. En présence de 4-éthylphénol (sans ajout de substrat cellulosique), les résultats obtenus sont comparables à ceux de l’expérimentation précédente ; on constate toutefois un effet inhibiteur de 4-éthylphénol qui se traduit par une diminution sévère du rendement de la dénitrification même à faible concentration avec une accumulation très élevée en nitrites (supérieure à 30 mg/L). Cette différence de comportement s’explique par l’adsorption de l’éthylphénol sur les copeaux de canne apportés par l’inoculum.


Volume : N°26 - 2ème Trimestre 2002
Publié le : 1 janvier 2002
Importé le : 29 juillet 2021
Mots-clés : [SDE.IE]Environmental Sciences/Environmental Engineering

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 56 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 41 fois.