L. Djabri ; L. Ghorreib ; A. Hani ; Ch. Lamouroux ; J. Mudry et al. - Contamination des eaux souterraines par les métaux lourds d'une mine de fer abandonnée : cas de la région de Bekkaria (Tébessa)

eid:7915 - Environnement, Ingénierie & Développement, 1 janvier 2009, N°53 - Janvier-Février-Mars 2009 - https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.1318
Contamination des eaux souterraines par les métaux lourds d'une mine de fer abandonnée : cas de la région de Bekkaria (Tébessa)Article

Auteurs : L. Djabri 1; L. Ghorreib 1; A. Hani 1; Ch. Lamouroux 2; J. Mudry 3; I. Sharour 4

Le but recherché par ce travail est la mise en évidence de l'impact d'une mine de fer abandonnée sur la qualité des eaux de la plaine de Bekkaria. La mine de Khanguet présente des minerais polymétalliques ferrifères. L'hétérogénéité de la minéralisation nous a conduit à prendre en considération les éléments traces métalliques (ETM) pouvant être mêlés au fer. L'exploitation de la mine se faisait à ciel ouvert et le minerai extrait était transporté sur plusieurs kilomètres, puis déposé sans précaution avant son transport vers le port de Annaba pour son exportation vers l'étranger. L'exploitation de cette mine s'arrêta en 1966 mais la pollution sévit toujours car les résidus des terrils sont amassés en aval de l'oued Kebir. Ces terrils sont exposés aux aléas climatiques. Les poussières sont transportées par les vents vers d'autres zones ou infiltrées avec les eaux de précipitations. La conséquence est la contamination des eaux des nappes superficielles et des sols séparant ou contenant ces nappes. Pour mettre en évidence cette pollution, des analyses ont été réalisées sur les eaux souterraines et sur les eaux de surface de l'oued Kebir. Les teneurs des métaux dépassent souvent les normes environnementales admises, particulièrement pour le fer, le manganèse, le plomb et le zinc. Le suivi réalisé montre une variation irrégulière des éléments traces dans les eaux de surface. Ainsi le fer et le manganèse évoluent de manière identique lors de la période des basses eaux, l'apport de ces deux éléments étant lié probablement au lessivage des terrils déposés en amont de l'oued et des puits. La concentration en cuivre augmente légèrement en période sèche. Les teneurs en éléments traces diminuent proportionnellement à l'éloignement des terrils. Une modélisation par la méthode des réseaux de neurones confirme les résultats obtenus par l'hydrochimie.


Volume : N°53 - Janvier-Février-Mars 2009
Publié le : 1 janvier 2009
Importé le : 29 juillet 2021
Mots-clés : exploitation minière,terrils,pollution des eaux,éléments traces métalliques,[SDE.IE]Environmental Sciences/Environmental Engineering

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 170 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 232 fois.