K. Edem Koledzi ; Gnon Baba ; Geneviève Feuillade ; Matejka Guy - Caractérisation physique des déchets solides urbains à Lomé au Togo, dans la perspective du compostage décentralisé dans les quartiers

eid:7865 - Environnement, Ingénierie & Développement, 1 mars 2011, N°59 - Mars 2011 - https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.2851
Caractérisation physique des déchets solides urbains à Lomé au Togo, dans la perspective du compostage décentralisé dans les quartiersArticle

Auteurs : K. Edem Koledzi 1; Gnon Baba 1; Geneviève Feuillade 2; Matejka Guy 2

  • 1 Laboratoire de Gestion, Traitement et Valorisation des Déchets
  • 2 Université de Limoges, ENSIL GRESE

La communauté urbaine de Lomé se trouve noyée dans des difficultés de gestion des déchets ménagers. En dépit du nouveau projet intitulé « projet PEUL », que pilote la municipalité de Lomé, on constate que le taux de collecte est rarement performant (environ 35%), si ce n'est dans certains quartiers privilégiés. Un réseau constitué de chercheurs, de membres d'ONG et d'agriculteurs tente de promouvoir le compostage décentralisé dans les quartiers en vue de maîtriser ce flux de déchets qui s'accumulent dans les dépotoirs intermédiaires. Pour déterminer tous les éléments nécessaires aux paramétrages techniques du compostage, une première caractérisation physique des déchets a été réalisée sur deux saisons sur la décharge finale de Lomé ; elle a permis de connaître la composition du gisement, sachant qu'une telle étude n'a jamais été réalisée au Togo et plus précisément à Lomé. Dans le cadre de l'étude, l'échantillonnage a tenu compte de plusieurs paramètres :-le nombre de centres de transit,-le nombre d'habitants desservis par chaque centre de transit et-le nombre de tonnes entrant sur la décharge. Un échantillon de 500 kg a été caractérisé après quartage afin de limiter les erreurs. La loi de Bernoulli prenant en compte différents paramètres a été utilisée pour satisfaire un niveau de confiance de 95%. Le tri est effectué en trois fractions granulométriques (>100 mm, 20-100 mm, <20 mm) et en 9 catégories (putrescibles, papierscartons, textiles-textiles sanitaires, plastiques, combustibles non classés-CNC-, verres, métaux, incombustibles non classés-INC-et déchets spéciaux) compte tenu du niveau de dégradation avancée des déchets arrivant sur la décharge finale. L'humidité est déterminée par séchage à 105°C jusqu'à poids constant, la matière organique par calcination de la matière sèche à 550°C pendant 2 H. Les résultats de la caractérisation des deux saisons (sèche et humide) donnent un taux de 24-26% de fraction compostable, 20-26% de déchets non compostables et une forte proportion de fraction fine 46-56%. L'humidité moyenne varie de 15% en saison sèche à 44% en saison humide. La matière organique représente en moyenne 24-25% de déchets urbains avec un taux de 8-9% de matière organique dans la fraction fine, ce qui n'est pas un avantage pour le compostage des déchets bruts mais surtout un inconvénient en raison du fort pourcentage de minéral (sable, gravier). Aussi une étude a été menée, sur deux saisons, sur les déchets directement collectés auprès des ménages. Elle a donné un taux moyen de 70-80% de matière organique. Le traitement des déchets par compostage proche des ménages, dans les quartiers, est donc plus favorable que celui qui pourrait être réalisé sur la décharge finale.


Volume : N°59 - Mars 2011
Publié le : 1 mars 2011
Importé le : 29 juillet 2021
Mots-clés : Déchets,Caractérisation,Humidité,Matière organique,compostage,[SDE.IE]Environmental Sciences/Environmental Engineering

3 Documents citant cet article

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 228 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 209 fois.