Emmanuel Ngnikam ; Fouad Zahrani ; Pascale Naquin ; Bruno K Djeutcheu ; Rémy Gourdon - Evaluation des impacts environnementaux d’un centre de stockage de déchets ménagers en activité sur la base de la caractérisation des flux de matière entrants et sortants : Application au site de Nkolfoulou, Yaoundé, Cameroun

eid:7856 - Environnement, Ingénierie & Développement, 1 juin 2012, N°61 - Juin 2012 - https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.2618
Evaluation des impacts environnementaux d’un centre de stockage de déchets ménagers en activité sur la base de la caractérisation des flux de matière entrants et sortants : Application au site de Nkolfoulou, Yaoundé, CamerounArticle

Auteurs : Emmanuel Ngnikam 1; Fouad Zahrani 2; Pascale Naquin 3; Bruno K Djeutcheu 4; Rémy Gourdon ORCID5

  • 1 Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé
  • 2 Laboratoire de Génie Civil et d'Ingénierie Environnementale
  • 3 INSAVALOR - Pollution, Déchets, Environnement
  • 4 Hysacam
  • 5 Déchets Eaux Environnement Pollutions

Cette étude évalue les flux de matière entrants et sortants d’une décharge en zone tropicale humide et leurs impacts sur le milieu naturel et humain. Les paramètres de flux analysés concernent : les masses et caractéristiques des déchets entrants, la production de lixiviats et leur composition, la production de méthane et la pluviométrie. Les caractéristiques de l’environnement autour du site sont prises en compte pour l’approche des impacts environnementaux, dont le suivi est réalisé en amont et aval du point de rejet. Une méthodologie d’évaluation des flux entrants et sortants est proposée pour permettre quelle que soit la nature et la localisation du site, d’évaluer les impacts potentiels du centre de stockage sur les différents compartiments environnementaux.Au démarrage de l’étude, le site sélectionné (Nkolfoulou à Yaoundé) avait déjà reçu 2,13 millions de tonnes de déchets, dont 66 % de la masse humide sont constitués de matières biodégradables. Notre étude montre que le site génère en moyenne 450 m3/j de lixiviats, dont seulement 54 m3 sont collectés et rejetés dans la rivière sans aucun traitement Les impacts de ces rejets sont réels sur les eaux de surface dans la mesure où ce lixiviat est très chargé en DCO (700 à 2500 mg/l) et DBO5 (400 à 700 mg/l) et, dans une moindre mesure cependant, en métaux lourds. On note dans les lixiviats la présence de germes de contamination fécale et de bactéries pathogènes. L’impact du rejet des lixiviats non traités dans la rivière reste perceptible à une distance de 100 m en aval du point de rejet. Le potentiel moyen de production de méthane des déchets entrants sur le site est de 79 kg de CH4/tonne humide de déchets. Sur cette base, les émissions cumulées de méthane sont estimées à un équivalent de 1,9 millions de tonnes de CO2 entre 2007 et 2030. Un projet de captage et brûlage du biogaz de la décharge de Nkolfoulou a été enregistré au MDP et permettra à l’horizon 2030 de capter 1,6 millions de tonnes équivalent CO2 issues de méthane.


Volume : N°61 - Juin 2012
Publié le : 1 juin 2012
Importé le : 29 juillet 2021
Mots-clés : lanfill,household waste,landfill leachate,greenhouse gas emissions,environmental impact,centre de stockage,déchet ménager,décharge,lixiviat,gaz à effet de serre,impact,environnement,[SDE.IE]Environmental Sciences/Environmental Engineering

1 Document citant cet article

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 288 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 342 fois.