K. Edem Koledzi ; Gnon Baba ; Guy Matejka ; Gaïa Ludington ; K. N. Segbeaya et al. - Conception, installation et fonctionnement d’une installation décentralisée de tri-compostage de résidus solides urbains dans les quartiers de Lomé

eid:7852 - Environnement, Ingénierie & Développement, 1 novembre 2012, N°62 - Novembre 2012 - https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.2732
Conception, installation et fonctionnement d’une installation décentralisée de tri-compostage de résidus solides urbains dans les quartiers de LoméArticle

Auteurs : K. Edem Koledzi 1; Gnon Baba 1; Guy Matejka 2; Gaïa Ludington 3; K. N. Segbeaya 1; Gado Tchangbedji 1; Alexandre Pilabana 4; Georges Morizot 3

  • 1 Laboratoire de Gestion, Traitement et Valorisation des Déchets
  • 2 Université de Limoges, ENSIL GRESE
  • 3 Gevalor
  • 4 ENPRO, Togo

Des travaux antérieurs dans le cadre d’une recherche-action, ont permis de montrer que les Résidus Solides Urbains (RSU) générés dans les quartiers périphériques de Lomé, présentaient une forte proportion de fermentescibles, 60-70 %, (putrescibles, papiers-cartons, fines <20mm). Le choix du compostage s’avérait très intéressant pour produire un amendement indispensable pour les sols agricoles utilisés dans le cadre de l’agriculture péri-urbaine.Le procédé de compostage par retournement d’andains constitués par les RSU après le tri des recyclables a été optimisé en termes de tri, fréquence de retournement, apport d’eau et criblage final (<10mm et <30mm).L’installation de la plate-forme pour un taux de traitement de 5T/J a été rendue possible, après le transfert de la technologie optimisée auprès d’une ONG, ENPRO, chargée de la pré-collecte des ordures au niveau des ménages dans un des quartiers. La filière de valorisation agronomique a également été validée auprès de plusieurs groupes d’utilisateurs potentiels après des essais du compost produit sur parcelles agricoles et pour plusieurs cultures. Le financement de la construction de cette plate-forme à 5T/J produisant environ 20-30 % de recyclables et 30-40 % de compost <10mm, a été assurée par le FFEM (Fonds Français pour l’Environnement Mondial) sous couvert de l’AFD (Agence Française de Développement, Lomé). Elle est installée à coté d’un des sept centres de transfert construits par la Commune de Lomé qui est partenaire du projet. Cette plate-forme artisanale est maintenant en fonction depuis quelques mois (démarrage le 24 août 2011). Une expertise du bilan de fonctionnement de la plate-forme est prévue et a déjà été entreprise partiellement. Elle comprend un bilan complet de l’installation : bilan matière (recyclables, compost), bilan eau (apport et rejet de lixiviat), bilan énergétique, bilan en personnels de manière à assurer la pérennisation économique de cette filière de compostage. Un aspect important dans ce cadre sera l’intégration dans le court terme du processus du MDP (Mécanisme de Développement Propre)/crédits carbone dans le financement global de l’installation.


Volume : N°62 - Novembre 2012
Publié le : 1 novembre 2012
Importé le : 29 juillet 2021
Mots-clés : compostage,bilan matières,crédits carbone,[SDE.IE]Environmental Sciences/Environmental Engineering

1 Document citant cet article

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 126 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 315 fois.