Emilienne Laure Ngahane ; Julien Garnier ; Hélène Bromblet ; Charles Vanié - Axes stratégiques pour la pérennisation d’unités de compostage en Afrique : cas de Bouaké en Côte-d’Ivoire

eid:7767 - Environnement, Ingénierie & Développement, 1 avril 2018, N°76 - avril 2018 - https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.3752
Axes stratégiques pour la pérennisation d’unités de compostage en Afrique : cas de Bouaké en Côte-d’IvoireArticle

Auteurs : Emilienne Laure Ngahane 1; Julien Garnier 1; Hélène Bromblet 1; Charles Vanié 2

  • 1 Gevalor
  • 2 Orga Activ Plus

Le compostage est préférentiellement cité comme la filière adéquate pour la valorisation des fractions fermentescibles des déchets solides ménagers en Afrique (Yelemou et al, 2011 ; Longanza et al. 2015 ; Toundou et al. 2014). Cependant, les initiatives allant dans ce sens présentent des résultats mitigés (Mustin, 1999). En effet, le compostage des déchets solides ménagers en Afrique fait face à un enjeu majeur qui est celui du développement à grande échelle et de la pérennisation d’actions pilotes initiées en ce sens après la fin des financements extérieurs. Alors qu’une activité pilote de compostage, conjointement portée par l’ANASUR (Agence nationale de la salubrité urbaine) à travers son Projet de professionnalisation de la filière déchets (PPFD) et par un consortium français composé de la fondation GoodPlanet et des associations ETC…Terra et Gevalor à travers leur programme Africompost, tend aujourd’hui à se développer à Bouaké, nous pensons qu’il y a lieu d’entrevoir ses facteurs de réussite.À Bouaké, le gisement propice au compostage est important et varié, les conditions atmosphériques se prêtent également à l’activité et la première phase de l’étude de marché a identifié des débouchés potentiels pour le compost dans un marché où son principal concurrent est la fiente de poules vendue à 30 000 FCFA/t (46 €/t). Une analyse prospective du développement de l’activité à 10 000 tonnes de déchets solides à traiter par an pour produire 1600 tonnes de compost annonce un coût de revient de 101 939 FCFA (155 €) par tonne de compost produite (16 310 FCFA/t de déchets traitéssoit 24,79 €/t de déchets traités). Le mix-financier envisagé pour équilibrer le budget est constitué des ventes du compost au prix de 50 000 FCFA/t (76 €/t) et 8000 FCFA/t de déchets traités (12,16 €/t de déchets traités), de la vente des crédits carbone 6626 FCFA/t (10,07 €/t) et 1 060 FCFA/t de déchets traités (1,61 €/t de déchets traités) et de la perception d’une rémunération du service de traitement des déchets à hauteur de 4058 FCFA/t de déchets traités (6,17 €/t de déchets traités) et 25 365 FCFA/t de compost produit (38,55 €/t de compost produit). Cet équilibre dépend d’un changement d’échelle, peut être trouvé au mieux dans les cinq années à venir.Dès la phase pilote, il est nécessaire d’asseoir une image de marque du compost comme amendement organique, développer un marketing rentable basé sur une stratégie d’écrémage et réussir des actions raisonnables de plaidoyer afin d’intégrer durablement le compostage dans le schéma de gestion des déchets solides des villes. En effet, en se limitant à une production de 1600 tonnes de compost par an (environ 100 ha cultivables), il est possible de produire un compost de haute qualité (respectant la norme NFU 44-051) à partir des ordures ménagères. Ce produit, destiné à une agriculture saine, sera préférentiellement vendu directement à l’utilisateur à 80 000 FCFA/t (121,60 €/t) afin d’avoisiner de près son coût de revient. Une rémunération de 4000 FCFA (6,08 €) à la tonne de déchets traités (25 000 FCFA/t de compost produit soit 38 €/t de compost produit), relative aux économies permises sur la collecte et la mise en décharge, sera sollicitée afin d’équilibrer le budget. Aussi, les compensations et accompagnements locaux et internationaux (vente des crédits carbone) viendront en sus pour soutenir et essaimer de telles initiatives. Enfin, les mécanismes d’optimisation de la production et l’élaboration d’une gamme diversifiée de produits de valorisation de déchets organiques et connexes seront mis en place.


Volume : N°76 - avril 2018
Publié le : 1 avril 2018
Importé le : 29 juillet 2021
Mots-clés : Afrique subtropicale,Bouaké,business-plan,compostage,pérennisation,Bouake,composting,perpetuation,subtropical Africa,[SDE.IE]Environmental Sciences/Environmental Engineering

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 151 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 253 fois.